jeudi 21 février 2013

Passionnément Doudous !


Mon amie Cécile m'a très bien représentée !
Vous connaissez peut être des adultes qui ont un Doudou ? Je veux parler des ces peluches (ou objets) qui nous rassurent enfants, que l’on trimballe partout (ou presque) et qu’il ne faut surtout pas perdre ! 

D’après ce que j’ai lu, nous sommes nombreux à avoir gardé le nôtre. Pourtant, nous ne sommes ni des « adulescents », ni complètement dingues…
Simplement, notre doudou est ce lien qui nous ramène à notre enfance, à la sécurité de cette période apaisante. Il ne s’agit pas là de régresser, mais plutôt d’un vrai besoin affectif : Nous ne sommes plus des enfants, mais l’enfant que nous étions survit en nous grâce à nos doudous.

Et avoir un doudou n’empêche pas d’être mature, contrairement ce que certains pensent…
La pédopsychiatre Sophie Marinopoulos, explique "Avoir un doudou à l'âge adulte est fréquent. Certaines personnes l'emmènent lorsqu'elles se marient et le transmettent à leurs enfants. C'est un objet sacré, témoin de la vie affective et de l'enfance. Un objet habité des premiers émois. On constate un retour à l'objet sacré dans cette fragilisation générale et collective de l'humain. Le doudou devient une attache et est porteur d'une vie affective pour des adultes de plus en plus insécurisés."

J’ai gardé mon âme d’enfant (et elle est grande !!), même si mon histoire diffère légèrement de celle de l’adulte qui conserve son doudou d’enfance puisque je n’ai pas gardé le mien, je ne m’en souviens même plus, c’est dire !

Mais il y a quelques années (j’ai 41 ans), à la mort de ma tante, j’ai éprouvé le besoin de dormir avec un doudou… Nous n’étions pourtant pas proches.  Ce besoin s’est consolidé ensuite  à la mort de l’un de mes chats …
Mon doudou, que j’ai appelé JS (des initiales des prénoms de ma tante et de mon chat), ne me servait alors que pour dormir : je le tenais dans ma main, comme le font les enfants. 

Et comme les enfants, je l’emmenais souvent avec moi, particulièrement en vacances.
C’est lors de nos vacances à Sète que mon mari et moi avons commencé à faire parler JS. Non nous ne sommes pas fous ! D’autant plus que mon mari est très terre à terre !
En fait ça s’est passé tout bêtement : mon mari avait posé mon doudou par terre et il tenait seul, debout entre les interstices du carrelage. C’est là que je lui ai fait prononcer sa première phrase : « Hey t’es qui toi ? »  et que l’histoire de nos Doudous a débuté !

Car ensuite, nous lui avons donné un copain du nom de Blund.
Pour les fans d’Ikea, peut être que ce nom n’est pas inconnu : il s’agit en effet d’un produit vendu par la marque il y a quelques années : de jolis oursons blancs (puis caramels) vendus 3 euros à l’époque, et que l’on trouve aujourd’hui  sur le net à des prix parfois très élevés car ils ne sont plus en vente.
Et la série a continué : nous avons acheté quelques Blunds encore, puis à leur disparition, nous les avons trouvés en brocante ou sur le Net.
Aujourd’hui, nous avons en tout une quarantaine de peluches… et elles ont toutes leur petite vie ^^ C’est une véritable petit famille. Nous en trimballons partout avec nous (aux concerts, au resto, chez les amis), et ils  beaucoup de fans !
Parce que le fait de leur « donner vie » a beaucoup plu, et bien que nous passions pour des hurluberlus auprès de certaines personnes, la plupart de nos proches (et mêmes d’illustres inconnus) aiment nos Doudous et leurs histoires. Ils ont même leur propre groupe de métal : les DDB (Dirty Doudou’s Band).


JS (à droite) et Kissibou(mes Doudous sont tous métalleux)


Pour l’anecdote, un jour j’ai fait une recherche dans Google avec le mot « Blund ». Et bien figurez-vous que j’ai trouvé un nombre incroyable de fans de cette peluche, et qui comme nous, les font vivre, les habillent, les emmènent en voyage etc… Et ceci dans le monde entier !!

J’avoue m’y être beaucoup attachée à ma petite troupe. Je ne peux pas concevoir d’en perdre un seul… Comme les enfants, ils me rassurent, me réconfortent dans les mauvais moments. Je les aime, j'en ai besoin. Et même si encore aujourd’hui certains ne comprennent pas cet attachement, peu importe : mes Doudous m’apportent quelque chose qui me fait du bien. Le regard des gens, je m’en balance !!

5 commentaires:

  1. Moi je trimbale Matthew qu'en vacances, le reste du temps il m'attends à la maison. J'ai toujours eu et aimé les peluches, comme toi je trouve que c'est doux et rassurant. Et qu'on ne s'avise pas de lui toucher un poil, je mords ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'ils sont doux et rassurants :-)
      D'ailleurs mes Doudous aimeraient bien revoir leur copain Matthew ;-)

      Bisous !
      Vaness

      Supprimer
  2. C'est une jolie et touchante histoire, je les aime aussi tes Doudous, je suis leur Mamie, et je leur fais de gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils t'aiment aussi très fort ;-)
      Gros bisous,
      Vanessa

      Supprimer
  3. Je ne me suis jamais séparée de mon doudou d'enfant, Sleepy et de sa soeur Sleepine :)
    Je pense être enterrée avec !

    RépondreSupprimer