mardi 27 janvier 2015

Je te bats. Tu te tais.

Emprise : nom féminin - domination morale ou intellectuelle.

Hier soir, TF1 diffusait pour la première fois « L’emprise », l’histoire vraie et terrible d’Alexandra Lange, femme battue par son mari qu’elle a tué. Et qui a été acquittée.
Le scénario est basé sur le livre-témoignage qu’elle a écrit (« Acquittée. Je l'ai tué pour ne pas mourir » publié le 31 octobre 2012) : 



« L’histoire d’une mère de quatre enfants qui se retrouve en mars 2012 dans le box des accusés des Assises de Douai pour le meurtre de son mari, un homme qui l’a battue et torturée pendant leurs dix-sept ans de mariage... ».

Lorsque j’ai vu la bande-annonce de ce téléfilm, je me suis dit que je ne le regarderai pas. Pas parce que j’ai des œillères. Pas parce que la violence conjugale m’indiffère.

Je ne voulais pas le voir parce que l’histoire d’Alexandra Lange
est l’histoire de ma maman. La mort en moins.

Et cette bande-annonce était tellement « bien faite » que je ne me suis pas sentie capable de pouvoir supporter ce que j’allais voir, et les souvenirs qui remonteraient obligatoirement à la surface…

Mais hier soir, comme des millions de Français, j’ai quand même visionné « L’emprise ».
Et comme la plupart d’entre eux, j’ai été totalement bouleversée par cette histoire cruelle, poignante, violente, dérangeante…

Le réalisateur a signé là un film très réaliste sur la violence conjugale.
Comme Alexandra Lange, ma propre maman a connu le bonheur d’une histoire d’amour qui débute, puis la lente ascension vers la violence et vers l’enfer : les coups, les humiliations, les interdictions (pas de maquillage, pas de vêtements qui mettent en valeur, interdiction de travailler), les menaces, le chantage, les pardons, la peur…

Tout cela est admirablement expliqué dans le film. Cette terrible emprise que beaucoup ne comprennent pas… Cette peur qui paralyse ces si nombreuses femmes violentées tous les jours… La violence est non seulement physique, mais également psychologique. Et quand ses femmes ont des enfants, l’emprise est bien évidemment encore plus forte… Il leur faut énormément de courage pour s’en défaire et prendre la décision de quitter leur bourreau…


1 femme meurt tous les 2,5 jours sous les coups de son mari.
1/5ème d’entre elles  ne portera jamais plainte…

On se rend compte dans ce film que la justice n’est pas encore au point concernant les violences conjugales.
En ce qui nous concerne, et contrairement à Alexandre Lange, nous avons eu de la chance : ma Maman a été écoutée et entendue lorsqu’elle a enfin eu le courage de partir, après 18 cruelles années. Notre nouvelle vie a alors commencé, dans un foyer d’accueil pour femmes battues, entourées d’une équipe bienveillante et professionnelle.
Aujourd’hui, tout ça est derrière nous, même si, bien sûr, certaines séquelles sont et seront toujours là.
Il y a donc des choses à faire, des structures et des aides à mettre en place, voire sans doute des lois à changer ou à améliorer pour que toutes ces femmes dans l’ombre osent enfin parler et prendre la décision de dire stop…

J’ajouterai pour terminer que les acteurs  (Odile Vuillemin, Fred Testot, Marc Lavoine) de « L’emprise » ont effectué un travail remarquable, tout en justesse et en émotions.
Et je remercie ma maman pour m’avoir autorisée à parler d’une partie de notre histoire.

Pour en savoir plus sur la violence envers les femmes, cliquez ici

- Alexandra Lange -
 

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

  1. Superbe article et un film bouleversant !

    RépondreSupprimer
  2. je regarde peu la télé, et après avoir lu ton article, je suis me suis fait le telefilm en replay
    C'est très dur, parce qu'on a d'abord le réflexe de se dire "mais pourquoi elle ne part pas !" et puis, on voit bien que ce n'est pas si simple
    j'ai aussi été bouleversée par cette histoire, et par ce film, vu tout à l'heure, j'avais des larmes qui me venaient. C'est injuste et révoltant de constater à quel point on peut laisser faire des choses aussi graves !
    Et puis je pense à vous, et je suis doublement émue, c'est très courageux d'en parler, il fait dire les choses pour qu'elle ne nous étouffent pas. En espérant que tous ces témoignages donnent le courage à ces femmes terrorisées par leur compagnon de s'en séparer et demander de l'aide
    Contente que ta super maman soit heureuse :-)
    Janina

    RépondreSupprimer
  3. je n'ai pas regardé ce film mais une copinaute en a parlé hier--
    pas facile de partir et où - il faudrait plus de campagnes d'information ! pas juste une fois par an !
    si je me doutais de quelque chose dans mon voisinage--- j'alerterais les services sociaux-


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de plus en plus de campagnes d'informations mais toujours pas assez... Et il faut également plus de structures qui puissent accueillir ces femmes (et leurs enfants).

      Vanessa

      Supprimer
  4. c'était un très beau film mais si mon mari venait à me frapper je pars et je ne reviens pas quitte à tout perdre ce que j'ai

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un film très dur et très bien réalisé en effet.

      Supprimer

Votre commentaire est en cours de modération.