jeudi 1 décembre 2016

J’ai testé : les transports en commun

 
J’ai une voiture (il faut d’ailleurs que j’écrive un jour un article sur ma phobie de la conduite, que j’ai enfin réussi à vaincre - *mode « fière » on*) mais elle ne me sert que pour mes déplacements personnels. Lorsque je travaille, je prends le train, et ce depuis plusieurs années. Avant je prenais le bus et le tram, mais je leur préfère le train qui, même s’il a des désagréments (vive les retards et autres trains supprimés, notamment en hiver), est bien plus rapide et tranquille je trouve (oui je sais, tout dépend des heures auxquelles on le prend…).
 
A noter, pour celles et ceux qui ne le savent pas, que votre employeur (dans le secteur privé) doit vous rembourser à hauteur de 50 % votre abonnement si vous vous déplacez grâce aux transports en commun pour aller travailler (train, bus, métro, rer, et même vélo de location).
 
Je prends donc le train presque tous les jours. Et ça me donne l’occasion de voir certaines choses pas forcément très sympas… L’être humain n’a parfois ni dignité ni respect…
 
Et niveau respect, ce qui revient systématiquement, et quelque soit le mode de transport, ce sont les gens qui ont peur de ne pas avoir de place assise… Terrible !!! Certains n’attendent pas que les arrivants sortent qu’ils sont déjà à l’intérieur… Et les autres bousculent allègrement tout le monde pour pouvoir accéder à un siège… J’avoue que je l’ai fait une seule fois ; ça n’est pas du tout dans mes habitudes mais j’étais fatiguée, j’avais froid… et j’ai bousculé un type… Et bien croyez moi qu’il m’a bien fichu la honte en me faisant la morale devant tout le monde (et avec raison). Je n’ai plus jamais recommencé.
 
Vous avez aussi les gens qui écoutent leur musique si fort que vous pouvez nettement distinguer les paroles. Merci pour ceux qui continuent leur nuit le matin ou qui espèrent être au calme après une dure journée de travail (une fois, dans le bus, j’ai eu un jeune qui écoutait Metallica super fort - cool, je dois dire que là ça ne m’a pas gênée du tout ! - mais qui en plus headbanguait comme un fou sur son siège ^^

Dans le même registre, il y a également aussi ceux qui parlent fort au téléphone (un monsieur a un jour remis en place une jeune fille en lui disant qu’il n’avait vraiment pas envie de connaître sa vie), qui mettent les pieds sur les banquettes (dans le lot, il y a les parents bien sûr qui laissent leur progéniture se mettre debout sur les sièges… ou qui  laissent hurler leur gosse tout le long du trajet… dans ce cas là je remercie mon Ipod !!) et ceux qui racontent leur vie (ou plutôt leurs exploits) à voix bien haute pour que tout le monde en profite (le matin, je n’ai pas forcément envie d’entendre les exploits sexuels de Machin, ni de savoir que Truc est hyper fier d’avoir 3 de moyenne générale ce trimestre…).
 

Mention spéciale à celles et ceux qui,
assis à une place réservée
(handicapés, femmes enceintes, personnes âgées…)
ne daignent pas se lever quand
l’une de ces personnes prioritaires arrive.
 
 

Il y aussi les dégoutants…
 
Ceux qui puent (excusez-moi du terme mais il n’y a vraiment pas d’autre mot), ceux qui reniflent tout le long du trajet au lieu de se moucher (vive l’hiver) et ceux qui n’ont aucun savoir vivre…. Là j’ai deux anecdotes tout aussi magnifiques l’une que l’autre : dans le bus un jour, j’étais assise en face d’une magnifique petite fille qui devait avoir 6/7 ans, avec de superbes anglaises ; une vraie poupée. Du coin de l’œil, je la vois mettre un doigt dans son nez. Ok, les gosses font souvent ça, mêmes la plus belle des petites filles. Mais… ça a duré un moment et je vous passe les détails tellement c’était ignoble : le résultat de sa fouille… je me suis vraiment demandée où elle allait le mettre à ses yeux interrogateurs. Et je vous le donne en mille : sur la vitre du bus. No comment.
 
Un autre jour, dans le train cette fois-ci, un papa et son fils assis pas très loin de moi. Le gamin avait un rhume d’enfer, je l’entendais (ô joie) renifler, disons-le, comme un goret, et croyez-moi ça n’était pas du tout ragoutant… A un moment donné, le gamin a éternué... et il en avait partout. Je vois le père se tourner dans tous les sens pour savoir quoi faire car évidement il n’avait pas de mouchoir. J’aurai pu lui en donner un s’il n’avait pas eu la grande idée de nettoyer le nez de son fils dans les rideaux de la fenêtre (c’était un vieux train - et je ne vous explique pas les millions de microbes qu’il devait déjà y avoir sur ce fameux rideau…). De quoi vous couper l’appétit.
 
A côté de ça, vous avez aussi des choses plus supportables, comme les sonneries de portable très connues (celle on ne peut plus reconnaissable d’adopteunmec.com par exemple). Ou les jeunes (et moins jeunes) femmes qui se maquillent le matin avec leur téléphone en guise de miroir (par contre, je ne remercie pas celles qui se vernissent les ongles, l’odeur du vernis dans un compartiment, c’est pas extra)…
 
Et enfin, vous avez les gens bizarres…
 
Comme cette superbe femme que je voyais tous les matins dans le bus. Très bcbg, toujours en jupe, grande, mince, des cheveux très longs et très beaux. Elle s’asseyait toujours là où il y avait 4 places, mais au lieu de se mettre face à la personne, elle se mettait de côté, jambes dans le couloir (elle avait pourtant de la place pour les caser…). Très étrange… Ou alors ce jeune homme assis en face de moi, qui pendant les 30 minutes de trajet a remonté et descendu sa fermeture éclair sans aucune pause… J’ai haï ce bruit durant des heures ^^
 
Mais heureusement que l’on peut faire des choses plaisantes dans les transports en commun, comme terminer sa nuit le matin (ou la commencer le soir), écouter de la musique, en profiter pour lire, ou zieuter en douce les beaux barbus ;-)

 
Je terminerai cet article (excusez-moi de la longueur) par une dernière anecdote, plutôt amusante, qui m’est arrivée il y a de nombreuses années.
 
Une copine et moi sortons du lycée. Nous nous asseyons côte à côte dans le bus, tout devant. Elle était en jogging, vous savez ceux à la mode dans les années 2000, en tissu synthétique très (très) fin. Elle se lève à l’approche de son arrêt et là, catastrophe !! Elle laisse une petite flaque de sang sur le siège en simili cuir…. Je lui fais part du problème et elle se sauve rapidement en attachant son pull autour de sa taille. Je reste à ma place : après tout la tâche ne me gêne pas. Au fur et à mesure que les gens montent, le bus se remplit et ceux qui tentent de s’asseoir à côté de moi s’éloignent bien vite avec des yeux horrifiés ^^ Jusqu’à cet homme. Lui était sans doute très très pressé de s’assoir. Il portait un beau costume gris. Je l’ai vu se poser sur le siège comme dans un film, au ralenti… Il n’avait rien vu. A ce moment là, j’ai simplement eu le réflexe de poser ma main sous ses fesses pour qu’il ne touche pas le siège. J’étais une ado à l’époque… et j’ai vu arriver sa main près de mon visage à la même vitesse qu’il avait voulu s’assoir. Heureusement que j’ai eu le temps de lui montrer la tâche avant de recevoir sa gifle, et c’est tout confus qu’il m’a remerciée d’avoir sauvé son beau costume ^^
 
Et vous, avez-vous des anecdotes rigolotes (ou pas...)concernant les transports en commun ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. Bravo très bel article, qui m'a fait remonter des souvenirs de quelques années en arrière !

    RépondreSupprimer
  2. Quand j'étais en région parisienne, j'ai eu droit au SDF qui prenait 4 places de tram parce qu'il ne voulait pas laisser les gens s'assoir. Donc les pieds (sans chaussures/chaussettes) sur les sièges.. Miam..

    J'ai eu aussi le cas de la femme enceinte, bidou rond comme un ballon qui regardait les gens dans la rame bondé pour que quelqu'un se bouge. J'avais encore 26 stations avant d'arriver chez moi, mais je me suis levée. Les gens sont oufs de laisser les femmes enceintes debout Oo. Certains diront "oui mais c'est pas une maladie" -____-°

    Y'a aussi la même femme qui dit "Manger bébé" en montrant son bébé et en tendant sa main.. J'avoue que j'ai du mal avec ça. Ca m'arrive de donner de l'argent, des affaires à moi, mais je préfère donner plutôt à manger (des barres de céréales ou autres).
    J'avoue que j'ai ri, le jour où mon frère lui a dit "non merci, j'ai pas faim."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, pas cool le sdf...
      Pinaise les gens me dégoûtent.... C'est pas une maladie d'être enceinte, mais c'est fatiguant... Une fois j'ai fait le trajet (45 minutes) jusque chez moi avec mon filleul qui devait avoir 4/5 ans. Le bus était bondé, on était debouts devant un siège où était assis un type (en forme le type hein, pas un vieux). Mon filleul n'arrêtait pas de gémir et de dire qu'il était fatigué le pauvre.... Ben le type ne lui a pas offert de s'assoeir. Saleté d'humains.

      Lol ton frère m'a également fait rire ;-)

      Supprimer